AccueilMembresFAQGroupesCalendrierRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dianora Vendramin

Aller en bas 
AuteurMessage
Dianora Vendramin
Fondateur et Administrateur
avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 28/03/2012
Localisation : Voyage toujours

MessageSujet: Dianora Vendramin   Mar 25 Sep - 10:16


Passeport de Dianora Vendramin






© Dianora Vendramin

Nom : Vendramin



Prénom : Dianora



Âge : 32 ans.



Nationalité : Italo-Russe.



Catégorie de Personnage : Aventurière



Description Physique : Dianora Vendramin est une femme magnifique. Certes, elle est assez petite (1m65) mais elle n'en a pas moins une belle silhouette, ni trop mince ni trop plantureuse. Curieusement, malgré ses origines italiennes, Dianora a la peau naturellement très blanche et des cheveux d'un roux flamboyant. Au premier abord, on pourrait la croire britannique ou irlandaise. Cependant, sa voix chaleureuse, son timbre velouté et son léger accent chantant trahissent une langue maternelle méditerranéenne. Dianora a de grands yeux verts très expressifs, un petit nez droit et fin et une bouche plutôt étroite mais aux lèvres bien dessinées et aux dents bien droites et blanches. Ses yeux sont d'un vert printanier qui tire plutôt vers le jaune que vers le bleu. Dianora a un maintient un peu guindé du à sa condition d'aristocrate mais sa démarche coulante et ses mouvements ondulants en font une personne des plus gracieuses lorsqu'elle se meut. Dianora s'habille selon son rang, de toilettes de prix sortant des ateliers des plus grands couturiers mais toujours dans la sobriété et le bon goût. Elle préfère faire preuve d'une légère fantaisie dans les accessoires qu'elle portent avec sa toilette. Enfin, Dianora prend toujours soin de porter des bijoux de bon goût mais peu nombreux. Elle affectionne aussi de se parfumer avec des odeurs suaves mais légères comme le jasmin ou le muguet.



Description Psychologique : Dianora est une femme solitaire. Ou plutôt, on pourrait dire qu'elle calcule soigneusement sa vie sociale. A cause de certains secrets qui lui sont propres, elle a appris à vivre sans jamais vraiment accorder sa confiance à quelqu'un. Au pire accorde-t-elle un peu d'estime ou de reconnaissance. Elle pourrait paraître hautaine du fait de cette distance mais son calme, sa douceur et son charme naturel achèvent de conquérir la sympathie de ceux à qui elle adresse la parole. Grâce à sa grande beauté, son immense richese, sa discretion et le parfum de mystères qui l'entoure, Dianora est un peu la cocqueluche de toutes les coteries européennes. En effet, lorsqu'elle s'en donne la peine, Dianora est un monument de civilité. Exquise, pétillante, à la conversation brillante et à l'humour fin, elle possède un charme qui lui permet de trouver parmi les hommes des admirateurs quasi fanatiques. Dianora collectionne plusieurs violons d'Ingre : elle joue de la harpe et du piano avec brio, danse à ravir, monte à cheval et se trouve être une redoutable escrimeuse. Elle sait également tiré avec assez d'habileté bien que selon son idée, les fusils et autres pistolets ne devraient s'utiliser qu'à la guerre et à la chasse.

Dianora a cependant un grand défaut : elle est vaniteuse. Elle est obnubilée par sa beauté, sa jeunesse et son charme. Elle éprouve un véritable culte pour sa personne bien qu'elle ne laissera jamais rien paraître. Ce défaut se traduit par une véritable frénésie d'achat en ce qui concerne ses toilettes, ses accessoires (chapeaux, gants, ombrelles, etc.) et surtout les bijoux qu'elle affectionne par dessus tout! Dianora vendrait son âme pour un bijoux de grande valeur, surtout quand celui-ci a une histoire car c'est la seule chose qu'elle ne peut acheter.



Biographie : Dianora Maria Angela Vendramin est née par une froide nuit d'hiver au sein d'une des plus nobles et plus riches familles de Venise. Elle est la seule fille et l'enfant unique de Roberto et Amelia Vendramin. Dianora a grandi dans la pénombre feutrée du grand palais familial, sur les bord du Grand Canal. Enfant unique, ne manquant de rien, choyée par sa nourrice puis sa gouvernante, Dianora a appris très tôt à se comporter en aristocrate et en petite fille manipulatrice dont les sourires ou les larmes lui évitaient toutes les punitions. Dianora quittait très peu le palais familial bien que ce dernier soit situé en plein coeur de la ville, elle se sentit donc assez seule tout au long de son enfance. Ce n'est que vers ses 15 ans que ses parents lui autorisèrent ses premières sorties au théâtre de la Fenice. un an plus tard, on l'autorisa à aller aux bals qui se donnaient dans les grands palais de la cité des Doges.

C'est à cette époque que Dianora fit le premier apprentissage de son pouvoir. Lors d'un bal donné pour le carnaval, elle sentit une violente sensation de brûlure traverser ses mains. Cherchant à s'isoler pour tenter d'apaiser ses maux, Dianora descendit dans le jardin du palais ou se déroulait le bal et baigna ses mains endolories dans l'eau fraîche d'une fontaine. Lorsque la douleur se dissipa, Dianora remit ses longs gants de cérémonie. Mais lorsqu'elle revint dans la lumière et posa sa main sur la rampe de l'escalier qui rejoignait les pièces de réception, elle remarqua que le satin blanc de ses gants s'était transformé en un magnifique drap d'or. Ennuyée de reparaître à la fête avec des gants si inexplicablement coûteux, Dianora prétexta une violente migraine et se retira.

C'est également lors de l'un de ces bals que Dianora réussit une prouesse. Elle retint l'intérêt empressé du prince Nicolas Esterhazy, un des plus grand noble austro-hongrois de l'époque, l'un des plus riches aussi et un célibataire endurci notoire. Une passion aussi brûlante que Dianora se refusait à lui s'empara du prince qui résolut de demander la jeune fille en mariage afin de pouvoir concrétiser ses fantasmes. Dianora devint princesse Esterhazy en épousant un homme de vingt ans son aîné. Du jour au lendemain, elle devint l'une des plus grandes princesses de l'Empire Austro-Hongrois.

Ce mariage n'était cependant pas destiné à être heureux. Nicolas était rustre, casanier, amateur de bière, de chasse et de vie à la dure. Dianora était frivole, brillante, avide de bals, de toilettes et de bijoux. Très vite le couple fit ménage à part, Dianora au milieu des fastes de la cour impériale où son nouveau rang l'avait contrainte à s'installer et Nicolas au fin fond des steppes hongroises, au coeur du domaine familial d'Esterhaza. Cette séparation de fait fut en partie voulue par Dianora à qui des "accidents" du même genre que celui des gants de bal arrivaient de plus en plus souvent. Généralement, la crise s'annonçait par des douleurs dans les mains. Dianora s'enfermait alors dans sa chambre, prétextant une violente migraine et attendait que ses crises passent. Consciente que pendant ces douleurs tout ce qu'elle touchait se transformait en or, Dianora prenait soin de ne rien toucher d'important. Elle finit même par porter les gants de bal en or lors de ses crises, ce qui lui permettait de ne rien transformer par accident. Dianora reconnut cependant très vite un avantage certain à ces crises de transmutation, celui de l'indépendance financière par rapport à son mari acariâtre.

Hélas, L'indépendance financière suspecte de Dianora couplée à l'existence légèrement scandaleuse qu'elle menait loin de son mari nourrirent des rumeurs calomnieuses qui arrivèrent aux oreilles de Nicolas. Persuadé d'être fait cocu par plus riche que lui, il vint un soir enlever Dianora au beau milieu de l'opéra de Vienne pour l'emmener de force à Esterhàza, leur domaine hongrois, et l'y séquestrer, décidé à lui faire avouer le nom de son amant et jurant ses grands dieux que jamais sa femme ne reparaîtrait en société. L'ennui, c'est que s'il était arrivé à Dianora de tromper son mari à quelques reprises, ce n'était jamais avec le même homme. Elle n'avait donc pas d'amant attitré et ne pouvait donc avouer ce qu'elle ne possédait pas. Elle se défendit avec flamme, hurla, pleura, supplia mais rien n'y fit. Nicolas ne daignait pas la libérer. 

Un soir qu'il avait bu plus que de coutume, Nicolas fit irruption chez sa femme. L'oeil mauvais, la bouche écumante de rage, il se jeta sur elle dans le but évident de la soumettre à son désir. Dianora hurla, mordit, griffa, frappa, Nicolas ne la lâchait pas. Il grognait qu'elle était sa femme et qu'elle devait lui obéir. La rage et l'humiliation que subit Dianora déclencha alors la vive douleur qu'elle n'ait jamais ressenti dans ses mains. Dans un ultime geste de fuite, elle repoussa le visage violacé de Nicolas de ses deux mains. Trois seconde plus tard, le prince Esterhazy était transformé en statue d'or. Paniquée de son acte, Dianora se libéra tant bien que mal de l'étreinte de la statue. Elle attendit que la douleur de ses mains passe. Mais à sa grande surprise, lorsque la douleur eut disparu, ses mains continuèrent à transmuter les choses en or. Elles n'ont jamais cessé depuis. Folle d'inquiétude pour ce qui pourrait se passer, Dianora décida qu'elle devait faire disparaître la statue. A grandes promesse d'or, elle s'attacha les services de deux palefreniers qui transportèrent en grand secret la statue du prince au lac de Neusiedler, à cinq kilomètres d'Esterhàza. Ils jetèrent le prince dans le lac et ce dernier sombra dans la vase et dans l'oubli. Afin de taire à jamais son terrible secret, Dianora changea les deux acolytes en statues qu'elle précipita à leur tour dans le lac. Revenant au triple galop à Esterhàza, elle fit ses bagages et quitta l'Autriche-Hongrie avec la volonté évidente de n'y pas revenir avant très longtemps. 

Elle entreprit de voyager en Europe, envoyant des lettres des quatre coins du continent afin qu'on la croie prise de la fièvre du voyage. Informée de la disparition de son mari, Dianora ne fut pas inquiétée car elle arriva à dissimuler habilement sa présence à Esterhaza lors de la disparition de son mari. Elle hérita sans problème aucun des terres et de la fortune des Esterhazy.

Dianora est depuis devenue une aventurière, une intrigante, une espionne et parfois même une voleuse. Elle se mêle de politique lorsqu'elle y trouve un intérêt et offre ses services comme espionne auprès des diverse cours européennes. Elle refuse de se faire payer si ce n'est par des bijoux historiques de valeur. De temps en temps, lorsqu'une pièce qui l'intéresse se trouve dans les mains de personnes qui refusent de la lui céder, elle s'arrange pour tenter de la voler, confiante dans les protections royales qui s'étendent sur elle.



Capacité ou Pouvoir : Dianora a un pouvoir qui se résume assez simplement. Tout ce qui entre en contact avec le bout de ses doigts, la paume de sa main ou toute autre partie interne de sa main est automatiquement et irrémédiablement transmuté en or. Ce pouvoir de transmutation s'applique à tout ce qui peut entrer en contact avec les mains de Dianora, que ce soit un être vivant ou n'importe quel matériau à une exception près : les pierres précieuses. Un contact avec de l'or autre que celui que Dianora a créé ne produit aucun effet. Enfin, toutes les substances liquides sont soustraites à son pouvoir.

Il suffit de quelques secondes à Dianora pour transformer ce qu'elle touche en or, y compris les êtres humains. A partir du moment où le processus a été lancé, il est irréversible à moins qu'une partie du matériaux transmuté ne soit détaché du reste. Par exemple, une personne touché au bout du bras ne pourrait survivre qu'en tranchant son bras dans une partie encore non transmutée pour stopper la transmutation. C'est un peu le même principe que la gangrène. On coupe pour éviter la propagation du mal à la différence que dans ce cas, la rapidité de la transmutation rend l'amputation presque impossible à moins d'avoir une lame dans sous la main au moment du contact. En effet, Dianora peut transmuter un corps humain en environ 10 secondes. Il faut cependant qu'il y ait un contact express avec la peau. Entrer en contact avec un vêtement ou une combinaison ne transmuterait que les dits vêtements ou combinaisons.

Afin de faciliter son confort et d'éviter de faire souffrir son entourage d'une maladresse, Dianora porte presque nuits et jours une paire de gants. Ces gants sont constitués de drap d'or tissé ou d'argent tissé, parfois des deux. Selon la tenue qu'elle porte ou les occasions, Dianora varie entre ces deux métaux qui ne subissent pas son pouvoir. Elle a cependant une préférence pour l'argent qui est plus léger à porter que l'or.






Hors Jeu




Nom ou pseudo : Le Maître du jeu.



Votre âge : 23 ans.



Expérience RP : 5 ans.



Avatar : Issu d'une recherche google, regraphé.



Comment avez-vous connu le forum? : Je l'ai créé entièrement!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://steampunkuniverse.kanak.fr
 
Dianora Vendramin
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Prologue
 :: Enregistrement :: Les Citoyens
-
Sauter vers: